Produits du terroir, Visites et producteurs

L’enmontagnage au pays du Reblochon avec la ferme de Lorette

20 juillet 2016

S’il y a un événement de l’année qui marque une étape dans les Aravis (massif alpin près d’Annecy, pays du Reblochon) c’est l’enmontagnage. Au revoir l’hiver et la fin du printemps, les vaches peuvent enfin quitter les fonds de vallées et leurs étables pour monter, monter, monter… jusqu’aux alpages. Nous sommes allés passer cette journée avec les Bibollet de la ferme de Lorette!

Brume et silence: voilà l’ambiance au démarrage, au dessus du départ du troupeau. Un troupeau de 75 Montbéliardes qui monte passer 4 mois en alpage équipé de Campandes ou de Sonailles (les 2 noms locaux pour les cloches), ça ne passe pas inaperçu!

IMG_0078-min

Et c’est parti pour plusieurs heures de marches à la queue leu-leu.

IMG_0080-minIMG_0083-min

C’est une journée importante car ce que vont chercher les hommes et les vaches, ce sont les pâturages d’été, sur les hauteurs, et plus précisément dans le cas de la ferme de Lorette, sur le plateau de Beauregard. Comme son nom l’indique la vue est superbe sur les Aravis et au-delà, le Mont Blanc. A cette saison la neige s’est retirée (enfin normalement car cette année il a neigé quelques jours à peine avant le jour J) et les vaches peuvent brouter l’herbe qui y pousse en quantité. Le plateau de Beauregard est une zone classée natura2000 pour la diversité de sa flore notamment. Avec cette herbe de cette qualité, le lait sera parfait pour être transformé en reblochon dans le chalet d’alpage (équipé d’une salle de traite et d’un atelier de fabrication).

Cela marque donc le début d’une période intense mais dans les alpages (presque tout le temps) au soleil . Cela se fête: les vaches sortent leurs colliers décorés et les cloches des grands jours. Chaque cloche est le souvenir d’un événement important (naissance, mariage…) et seront ensuite exposées devant la ferme pendant tout l’été.

20160604_094823IMG_0116-min

Pour les hommes, l’enmontagnage c’est aussi un repère, un moment. On compte le nombre d’enmontagnages que l’on a fait: « c’est mon 4ème», « C’est mon 12ème », jusqu’à ce qu’un des frères Bibollet, Daniel, mette tout le monde d’accord avec un « c’est mon 52ème ». Il faut dire que la famille a ça dans les gènes et que tout le monde monte en direction du chalet où officie la chef de famille (mère de 11 enfants). Tous ne travaillent pas à la ferme et c’est donc une occasion pour tous se retrouver.

C’est aussi un moment de convivialité avec les voisins tout au long de la route qui, comme le veut la tradition, vous attendent pour un casse-croûte.

C’est là aussi que le chemin peut se compliquer!

20160604_103033-min20160604_103404-min20160604_105002-min

Mais il ne faut pas perdre le rythme car le chemin n’est pas terminé

20160604_10203120160604_101639-minEt voila que la végétation se fait plus basse, annonçant la fin du chemin et l’arrivée à l’alpage!

IMG_0108-minIMG_6533-min20160604_144621-min

Pour fêter ça et comme il ne fait pas encore très chaud, on coupe le lard à l’intérieur pour la tartiflette géante qui arrive et on ouvre les bouteilles.

20160604_121033-min
20160604_124610-min20160604_115205(2)-min20160604_141443-min

Le (léger) repas englouti, il faut déjà penser à prendre le rythme pour les équipe (Lise, Théo, Raphaëlle, Vincent…): 2 traites par jour (à 03h30 du matin et à 14h30), suivies de la fabrication.

La première traite, puis la première fabrication: c’est parti pour 4 mois!

20160604_152922-minIMG_0124-min

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply