Gastronomie, Produits du terroir

Mon Beau Terroir à la découverte des saucisses de Morteau et de Montbéliard

9 mai 2018
Saucisses de Morteau

Ouvrons ces lignes par un brin de vocabulaire, un brin que vous pourrez en plus facilement replacer au scrabble. Un tuyé, que vous pourrez également écrire tuhé ou tué, est une pièce indispensable de l’architecture du Haut-Doubs. Imaginez une immense cheminée débouchant sur le toit, pourvue à l’intérieur de perches horizontales pour suspendre les salaisons durant la fumaison et avec un âtre si imposant que vous pourriez vous y tenir confortablement avec quelques amis.

Le tuyé est l’une des raisons expliquant pourquoi le Haut-Doubs est le terroir de deux délicieuses saucisses fumées protégées par des IGP, deux saucisses que vous avez déjà sûrement croisées et appréciées: la saucisse de Morteau et la saucisse de Montbéliard.

Petite histoire de la charcuterie franc-comtoise

saucisse de morteau, franche-comté, mon beau terroir, gastronomieComme souvent au creux des terroirs, c’est l’histoire et la géographie qui ont façonné les produits. Le climat franc-comtois favorise de superbes pâtures, qui vont faire la joie des vaches laitières, bien souvent des Montbéliardes pour rester dans la couleur locale, et celles-ci vont permettre la fabrication des fromages ayant fait la gloire de la région, comme le Comté ou le Morbier.

Moins connu est le fait que le petit-lait restant après la fabrication des fromages est traditionnellement donné aux porcs pour favoriser leur embonpoint : les deux élevages ont pris l’habitude de marcher main dans la main au fil des siècles.

Quant au fumage lent offert par la forme des tuyés, il est parfait pour le développement des arômes, et les tuyés eux-mêmes sont une part importante du patrimoine architecturale du Haut-Doubs, portés par des fermes aux toits immenses, destinés à résister au poids de la neige et à abriter pendant les frimas à la fois la population humaine et le troupeau.

Montbéliard ou Morteau, comment distinguer les deux spécialités

saucisse de morteau, franche-comté, mon beau terroir, gastronomieUne saucisse ou une autre, c’est presque pareil, dirons les esprits chagrins…Que nenni !

La saucisse de Morteau est d’un diamètre minimum de 40 mm contre 25 mm pour sa camarade, et si elles sont toutes deux fumées au bois de résineux, le temps passé ainsi varie.

Aucun arôme de synthèse et de colorant dans les deux cas, et c’est la tradition, le savoir-faire qui président à leur fabrication qui valent aux deux d’avoir remporté leur IGP (Indication Géographique Protégée), depuis 2010 pour la saucisse de Morteau et depuis 2013 pour sa consoeur de Montbéliard.

Les bloggeurs gastronomie s’emparent du sujet

saucisse de morteau, franche-comté, mon beau terroir, gastronomieQui dit spécialité gastronomique dit gourmet et gourmant. Les blogueurs l’ont bien remarqué qui ont fait la belle part à ces deux spécialités dans leurs recettes. Que vous soyez plutôt l’une ou plutôt l’autre, ils vous proposent réinterprétations, associations, et moult idées pour déguster ces saucisses et découvrir le patrimoine culinaire franc-comtois.

 

 

 

Retrouvez quelques recettes de blogueur food :

 

Merci à Virginia et Laura de l’agence texto et à A2M (Association de Défense et Promotion des Charcuteries & Salaisons IGP de Franche-Comté) pour leur invitation à la « Parenthèse innatendue » qui nous a permis de découvrir toutes les étapes de fabrication des saucisses de Morteau et de Montbéliard.

You Might Also Like