Actualités, Produits du terroir

Beaujolais Nouveau : les secrets de la cuvée 2017

17 novembre 2017

Jeudi était un jour important. Pourquoi donc ? Et bien parce que nous étions le 16 Novembre. Ceux de nos lecteurs qui répondraient qu’il s’agissait de l’anniversaire de l’UNESCO gagnent notre admiration, mais ici, il s’agit plus simplement d’un des grands événements du terroir français, attendu non seulement dans l’Hexagone mais dans le monde entier ! Nous étions en effet le troisième jeudi de novembre et entre deux bourrasques de vent glacé, les amateurs de vin ont pu découvrir la cuvée 2017 du Beaujolais Nouveau. Pourquoi donc ce jour-ci et pas un autre ? Et d’abord, qu’a donc de si spécial, ce Beaujolais ?

Laissez-nous vous raconter…

Le vignoble du beaujolais : quelles particularités ?

Le Gamay, cépage du Beaujolais

Chaque vignoble a ses secrets, ses techniques, ses petites spécificités qui contribuent à faire du paysage viticole français une mosaïque tellement fascinante. Le vignoble du Beaujolais a déjà pour caractéristique son encépagement en gamay. Celui-ci a trouvé dans les coteaux granitiques typiques de la région un terrain de jeu à sa hauteur. Dans les années 2000, sur les 37 000 hectares de gamay dans le monde, environ 23 000 étaient dans le Beaujolais.

Comme tous les cépages, le gamay, dont le petit nom est gamay noir à jus blanc, a une histoire qui se mêle à celles des hommes et son implantation actuelle est le fruit à la fois des migrations et des décisions humaines mais aussi, peut-être plus poétiquement, de son alliance avec un sol et un climat. Dans certaines parties du Beaujolais, les vignerons se trouvent ainsi obligés de jouer du sécateur avec une sévérité toute particulière pour juguler son enthousiasme ! C’est en effet un cépage à gros rendement, qui mériterait d’ailleurs un article à lui tout seul, et qui, s’il a la vilaine marotte d’être sensible au gel tardif, compense cela par une bien plus charmante habitude de porter des fleurs sur les rameaux secondaires, ce qui assure tout de même une petite récolte quand le gel se met de la partie.

Le cépage, un sujet déjà abordé ici, est une des pierres angulaires d’un vin, mais il serait dommage cependant de l’y réduire : le succès du Beaujolais Nouveau tient encore à de multiples autres facteurs.

Le Gamay, cépage du Beaujolais

Le Gamay, cépage du Beaujolais

Les Appellations et le vin primeur

Le Beaujolais possède aujourd’hui deux AOC : l’AOC Beaujolais, celle-ci ne vous surprend sans doute pas, et l’AOC Beaujolais-village, mais aussi dix appellations communales (brouilly, chénas, chiroubles, côte-de-brouilly, fleurie, juliénas, morgon, moulin-à-vent, régnié et saint-amour). Ces appellations garantissent l’authenticité et la typicité de ses produits issus d’un terroir d’exception et d’un savoir-faire brillant.

Seules deux d’entre elles se déclinent dans une version primeur : l’AOC Beaujolais et l’AOC Beaujolais Village. Ce sont ces versions primeur que vous pouvez retrouver depuis jeudi, de façon exceptionnelle, mais toutes les autres donnent aussi des vins de grande qualité, des vins à découvrir.

La date du Beaujolais Nouveau, un enjeu d’importance

Pourquoi le troisième jeudi de novembre ?

Car oui, cette arrivée sur le marché d’un vin aussi rapidement dans la saison est l’une des caractéristiques des vins nouveaux, et cela pour une raison légale. L’Appellation d’Origine Contrôlée impose en effet une date de commercialisation : après le 15 Décembre. Oui, vous avez bien lu et non, cela n’est pas une faute de frappe. Depuis 1951, dura lex, sed lex, ainsi en a décidé le législateur.

Le Beaujolais Nouveau échappe à cette fâcheuse sentence de par sa qualification en vin primeur et pour cela, sa date de commercialisation lui permet de briller dans nos verres dès le troisième jeudi de novembre. Et si vous voulez en savoir un peu plus sur les vins primeurs et leur vinification, suivez-le guide.

Beaujolais Nouveau, place à la dégustation !

Beaujolais Nouveau, place à la dégustation !

Le travail des vignerons

Parlez de la date en s’arrêtant au galimatias législatif serait dommage : quand votre verre sera plein du cru de l’année, ayez une petite pensée pour les hommes et les femmes qui l’ont créé et pour le travail qui chaque année le fait naître. A partir d’une date fluctuante, celles des vendanges, chaque année ce vin primeur est prêt à temps et l’exploit se doit d’être reconnu. Ce travail est d’ailleurs récompensé par la renommée du Beaujolais Nouveau, exporté à travers le monde et attendu avec impatience aux quatre coins du globe comme un fleuron des vignobles français !

Il ne vous reste maintenant plus qu’à partir à sa découverte dans nos domaines partenaires : www.monbeauterroir.com !

You Might Also Like