Actualités, Découverte

Surprise en Franche-Comté

31 octobre 2016

Nous vivons des temps fantastiques. Si, si, puisqu’on vous le dit. Des temps d’innovation et de découvertes, avec chaque jour la masse des connaissances humaines s’accroissant, la médecine avançant, la conquête de Mars se profilant et tout le tremblement… Et ceci n’empêche pas le plaisir des racines, du terroir, la lumière d’un matin clair, le charme d’un verre de bourgogne entre amis ou la beauté du spectacle de la longue file de bêtes descendant des Alpages…  Et puis parfois, curiosité et terroir se percutent, et vous voici tout simplement perplexe.

Comme le jour où, butinant au rayon fromage de votre magasin préféré, cherchant sûrement un délicieux et succulent produit d’une belle région dont Mon Beau Terroir vous a donné l’idée…vous vous rendez compte que quelqu’un s’est posé la question: et si on mélangeait de la cancoillotte et du chocolat ? Ou de la cancoillotte et des fruits rouges?

Pour l’éducation du reste de la France, il faut préciser que la cancoillotte, en Franche-Comté, c’est du sérieux.

Le nom de ce fromage presque liquide vient du mot  coille, patois franc-comtois qui dérive du français cailler. La cancoillotte, c’est du metton, du lait caillé fermenté et émietté, fondu dans de l’eau avec du beurre, juste comme ça, nature, ou alors avec un petit quelque chose en plus . Si vous en trouvez en pots dans le premier supermarché venu, à partir de cette base, chaque famille franc-comtoise, avait, et a encore, ses recettes et ses habitudes. Nature, bien sûr, mais bien des cuisinières y ajoutaient leur petit quelque chose. Du vin jaune, des baies de genièvre, du laurier, tout simplement du poivre, de l’échalote, de l’ail, des baies roses…Chacun ses traditions. Tous les écrivains de romans noirs nous plongeant au cœur des vendettas corses n’ont jamais croisé une grand-mère franc-comtoise dont la belle-fille prépare la cancoillotte pas de la bonne façon. On en a pendu haut et court pour moins que ça.

Et puis un jour, au détour d’un rayon de supermarché, voilà:

cancoillote - innovation 01

cancoillote - innovation 02

Et maintenant, un aveu: le climat franc-comtois étant ce qu’il est, continental en général, pas très aimable en particulier, et carrément glacial quand l’envie lui en vient , c’est-à-dire souvent, la cancoillotte chaude dans laquelle tremper de la saucisse de Morteau est une habitude locale, à défaut d’être un habitude très diététique.  Le premier volontaire qui essaiera cela avec de la cancoillotte au chocolat gagnera l’admiration profonde de l’auteur de ses lignes…

Alors, la cancoillotte sucrée: Est-ce une avancée ? Une idée barbare de fromager fou?

Faute de vouloir décider à votre place, reste la question principale: qu’allons nous voir arriver encore ? Du brie aux copeaux de gingembre cristallisé ? Du reblochon au bubble-gum? De la charcuterie vaudoise à la mandarine? De l’andouille de Guéméné aromatisée au café? Du Kouign-Amann saveur soda?

Nous vivons des temps fantastiques…. Si, si, puisqu’on vous le dit.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply