Actualités, Découverte

Ce qui nous lie

29 juin 2017

Ce qui nous lie, un film en forme d’ode au vin, à la Bourgogne et à la famille.

Tout commence par les vignes. Des vignes. Encore des vignes. Des vignes à perte de vue. Des vignobles sous la neige, des vignes couvertes du vert tendre du printemps, des vignes dans la frénésie des vendanges, chargées de raisins, promesses en devenir de futurs vins de Bourgogne.

Pio Marmaï, Ce qui nous lie

Ce qui nous lie, le dernier film de Cédric Klapisch, nous entraîne vers le terroir de Bourgogne, au rythme des saisons et dans les pas des trois talentueux acteurs que sont Pio Marmai, Ana Girardot et François Civil, campant une fratrie confrontée à la mort de leur vigneron de père juste avant les vendanges.

Garder ? Vendre ? Vendre uniquement les appellations, vendre les aligotés, vendre la maison à des touristes américains, vendre mais quoi ? Et les droits de succession, alors ? Et que dire des choix à faire et qui impacteront la qualité du vin à venir, de la date du début des dites vendanges à la quantité d’égrenage, en passant par le moment idéal pour soutirer ce vin et le mettre en bouteilles ou les efforts de la biodynamie…

Pour la jeune femme et ses frères, voici un an de questions, du début des vendanges à leur retour l’année suivante et il faut bien l’avouer : cela fonctionne. Le spectateur se laisse entraîner avec plaisir, guidé par une superbe image et par le talent des acteurs.

François Civil, Pio Marmaï, Ana Girardot, Ce qui nous lie

Les amoureux du terroir bourguignon y trouveront leur bonheur bucolique, les curieux du monde vinicole et viticole auront l’occasion d’y plonger pendant deux heures, les amateurs de béton armé quant à eux trouveront peut-être le tout un tantinet champêtre, mais laissons ces fâcheux à leurs paysages gris.

Côté scénario, le thème de l’émancipation se greffe avec assez de bonheur sur celui de la filiation : chacun des trois enfants doit trouver la sienne, ou accepter qu’elle n’empêche pas ce qui restera en eux de cette terre et des vignes qu’elle porte.

S’il fallait vraiment faire un reproche, pour éviter une critique dithyrambique, ce serait la façon dont l’arc narratif accompagnant le personnage de la sœur est laissé de côté par rapport à ceux de ses frères, alors que dans un film sur le vin, ses efforts pour imposer sa vision, son vin, et sortir en tant que vigneronne de l’ombre de son père, sont finalement bien plus à propos que les amours du frère ainé, aussi charmantes que soit les boucles brunes de l’acteur !

Ana Girardot, Ce qui nous lie

Et si après le film il vous venait des envies de visites dans les vignes, pourquoi ne pas partir à la découverte des cépages locaux du Grésivaudan ou d’un des domaines proposés à la visite par Mon Beau Terroir ?

Le film est sorti le 14 juin 2017 est encore en salles.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply